BAMAKO ANNÉE 0

Un film documentaire écrit et réalisé par Julien Fiorentino et Stanislas Duhau
en collaboration avec Chanana Madani Touré
Documentaire / 54‘50 / 2013


  • Synopsis
    Le 9 janvier 2013, après un an d’occupation du Nord Mali, les forces djihadistes attaquent la ville de Konna. Le lendemain, l’armée malienne évacue Konna, défaite. Le 11 janvier, à la demande des autorités maliennes, le président Hollande engage les forces françaises dans une opération militaire d’envergure destinée à enrayer l’offensive djihadiste vers Bamako.

Ils s’appellent Awa, Djibril, Kadidia, Madou… D’origine bambara, peule, tamacheq ou songhaï, ils sont Maliens, vivent à Bamako et essaient de survivre dans un pays en crise. La guerre peut éclater demain : bienvenue à BAMAKO ANNEE 0.

BAMAKO ANNEE 0 est une déambulation métaphorique de 3 jours dans la capitale malienne, aux côtés de ses habitants et au cœur des enjeux du conflit décisif de janvier et février 2013, de la chute de Konna à la reconquête de Gao.

  • Contexte
    Le 9 janvier 2013, c’est le jour où les coauteurs atterrissent à Bamako pour entamer des repérages et finaliser l’écriture d’un projet documentaire intitulé BAMAKO ANNEE 0. Alors que le statu quo règne au Nord après plusieurs mois d’occupation djihadiste, nous voulons donner la parole aux Maliennes et Maliens au sujet de la violente crise qu’ils subissent.

Le lendemain, les médias annoncent la chute de Konna. A Bamako, c’est l’angoisse : nombreux sont ceux qui s’apprêtent à fuir la capitale malienne. 11 janvier, 20 heures : le Mali tout en entier se masse devant le poste de télévision : le président malien, qui a sollicité le soutien militaire français, va s’exprimer face à la nation. Pour nous, c’est une évidence : il faut tourner, ici et maintenant.

Ce sera la première séquence d’un tournage élaboré sur le vif, au jour le jour, au gré des rencontres et des événements. Un tournage hors du temps, en état d’urgence, sous couvre-feu, au coeur de ce bref et singulier moment de solidarité et d’unanimisme qui unit alors Maliens et Français face à l’occupation.


DISTINCTIONS

*Prix du meilleur documentaire, compétition documentaire, 14ème Festival Images et Vie, Dakar, Sénégal 2014
*2ème prix documentaire, compétition internationale, 6ème Baghdad International Film Festival, Baghdad, Irak 2014
*Mention spéciale, compétition moyen métrages, 7e Festival de Ciné Politico, Buenos Aires, Argentine 2016

*Sélection Images en Bibliothèques, Mois du Film Documentaire 2015
*Aide sélective à la promotion, Unifrance Films 2014
*Distribution réseaux ADAV et COLACO
*Diffusion Canal France International CFI 2014 et CNEX 2015 (Chine)

SÉLECTIONS 2016

6ème Festival internacional de Ciné Politico, FICIP Buenos Aires, Argentine
6ème Festival international du cinéma numérique, Cotonou, Bénin
Exposition Seydou Keïta, Grand Palais, Paris, France

SÉLECTIONS 2015

11ème Festival Ciné Droit Libre, Ouagadougou, Burkina Faso
5ème Écran d’Emmaüs, Paris, France
4ème Festival International de Cinéma et Mémoire Commune, Nador, Maroc
12ème Festival Bobines Sociales, Paris, France

SÉLECTIONS 2014

34ème Festival International du Film d’Amiens, France
4ème African International Film Festival, Lagos, Nigeria
21ème Quinzaine du Cinéma Francophone, Centre Wallonie-Bruxelles, Paris
6ème Baghdad International Film Festival, Bagdad, Irak
8ème Terra di Tutti Film Festival, Bologne, Italie
10ème Black Film Festival, Toronto, Canada
14ème Festival Images et vie, Dakar, Sénégal
6ème Festival de Cinéma des Foyers, Paris, France
30ème Festival Vues d’Afrique, Montréal, Canada / « coup de cœur »
12ème Festival Quintessence, Ouidah, Bénin

LIENS

Blogs Mediapart : Entretien écrit
Blogs Mediapart : Entretien radio
Article Al Bayane
Article Le Point Afrique

ÉLÉMENTS TECHNIQUES

Genre : documentaire
Durée : 54’50
Visa d’exploitation n°137 787 (17 décembre 2013)
Format de tournage : HD 16/9 – couleur / son stéréo
Format de projection : HD 16/9 – couleur / son stéréo & 5.1
Sous-titres : français, anglais, italien, espagnol, arabe
Support de diffusion : HD / DVD / Blu-Ray / DCP
Réalisation : Julien Fiorentino et Stanislas Duhau
en collaboration avec Chanana Madani Touré
Musique originale : Chanana (Mali)
Musique additionnelle : Mo DJ (Mali)
Montage : Stanislas Duhau et Julien Fiorentino
Montage son : Sylvain Buffet
Mixage son : Xavier Marsais
Etalonnage : Jacky Lefresne
Sous-titrage : Amalia Carrieri
Traduction bambara / français : Madou Coulibaly, Madani Touré
Traduction songhoï / français : Abdessalam Hama, DJ Fof
Traduction français / anglais : Grégoire Seither
Coproduction déléguée et production exécutive : Julien Fiorentino
Production déléguée : Jean-Christophe Soulageon

Bamako année 0 fait partie des catalogues de l’Agence du Court Métrage et d’Unifrance Films.

Un film produit par l’association L’Échangeur en coproduction avec les Films Sauvages

en partenariat avec l’association malienne Collectif Yeta

avec le soutien du SCAC de l’Ambassade de France

de la Direction du Développement et de la Coopération Suisse au Mali

et de la Procirep Angoa


      • Biofilmographie des réalisateurs
        Julien Fiorentino, 36 ans
        Historien de formation et titulaire d’un master de gestion de projets, il est co-fondateur du cinéma itinérant Kinodrom qui parcourt les villes et campagnes d’Europe de l’Est en 2005. En 2006, il devient coordinateur du Parcours Culturel d’Insertion à la prison de Fresnes. En 2008, il part au Mali travailler pour le Cinéma Numérique Ambulant. Il réalise et produit plusieurs films, dont une série de courts métrages contre l’excision pour l’UNICEF (N’sere, 6×6′). En 2010, il réalise Avenue de la liberté, premier film documentaire sur la culture en prison (52’). En 2011, il développe avec Stanislas Duhau Africa Dynamo, un projet de résidences documentaires en Afrique de l’ouest. Africa Dynamo aboutit en 2013 à la coréalisation de Bamako, année 0, en collaboration avec Chanana.
      • Stanislas Duhau, 37 ans
        Stanislas intègre l’École Supérieure d’Études Cinématographiques en 2001 et réalise plusieurs documentaires. Licencié en Lettres Modernes à la Sorbonne, il multiplie les collaborations sur divers formats : captation, court-métrage, clip. En 2006, une mission pour le MAE l’amène à travailler en Afrique de l’ouest où il découvre une autre approche du documentaire auprès d’artistes et collectifs locaux. Il poursuit ce travail à travers l’organisation de l’aventure documentaire Africa Dynamo (Maroc, Mauritanie, Sénégal, Mali) à laquelle il participe en tant que coréalisateur, notamment de Nouakchott P.K. 0 (18’, 5 prix festivals) en 2012. Il s’engage en 2013 dans la coréalisation de Bamako année 0 pour faire connaître la crise malienne.
      • Madani Touré, dit Chanana, 38 ans
        Madani Touré débute dans le cinéma aux côtés de Toumani Sangaré et du collectif Kourtrajmé Production. Chanteur renommé au Mali, son 1er film est un documentaire sur sa ville, Bamako la coquette en 2010. Son 1er court métrage de fiction, Les Braqueurs de dames, est produit en 2011 par L’Echangeur. En 2013, Chanana tourne Bintou Wéré (fiction, 14’) et fait la création musicale originale de Bamako année 0. Black Charpentier (2013, 12’), son deuxième court métrage, est sélectionné en compétition à Vues d’Afrique à Montréal en 2014.